Groups audience: 

Dans le bassin du Fleuve Sénégal, il existe différentes problématiques de dégradation environnementale, elles-mêmes exacerbées par les effets du changement climatique, ainsi qu’une forte interdépendance entre la sécurité de l’approvisionnement en eau, la sécurité alimentaire et la sécurité énergétique (NEXUS). Cette interdépendance doit, notamment, être prise en compte dans la gestion du barrage de Manantali (barrage à usages multiples), du barrage de Gouina et des futurs barrages de Gourbassi et Koukoutamba. Dans la moyenne vallée et le delta, l’agriculture irriguée est la principale activité qui emploie une grande partie de la population active et fournit l’essentiel des revenus des ménages. La meilleure maîtrise de la ressource permettra d’assurer une meilleure régulation avec la production d’électricité, le développement de l’agriculture irriguée, le développement des cultures traditionnelles de décrue et la fourniture d’eau pour les parcs des oiseaux du Djoudj au Sénégal et du Diawling en Mauritanie. Afin de mieux comprendre les interactions entre la gestion des ressources en eau liée au Nexus Eau-Énergie-Agriculture dans un contexte de changement climatique et l’évolution des activités agricoles dans une économie rurale, le projet WEFE Sénégal « Appui à la gestion des ressources en eau et au Nexus Eau-Energie-Agriculture-Ecosystèmes sur le bassin d fleuve S’Sénégal » eut contribué à:

 

  1. Renforcer le système et organiser les connaissances techniques/scientifiques sur ces différents phénomènes dans le bassin du fleuve Sénégal en collaboration avec les acteurs techniques locaux/régionaux ;
  2. Proposer des mesures de gestion durable en cohérence avec les politiques et la gouvernance du bassin en tenant compte des politiques régionales (Politique Energétique Commune, Schéma Directeur de Transport de l’Energie, Plan d’Action Régional pour l’Amélioration des Cultures Irriguées, Plan d’Action Stratégique Environnemental) et nationales ;
  3. Apporter un appui à la mise en œuvre, dans les sites sélectionnés par l’OMVS, des mesures proposées.

 

L’approche du projet se veut également participative afin de favoriser la consultation de tous les acteurs, la population locale incluse, et contribue par la même, à l’effort collectif. Le projet encourage enfin une gestion transfrontalière des ressources naturelles.

 

Les Résultats attendus du Projet WEFE-Sénégal sont :

 

  • Résultat 1. Renforcement de la gestion des données et outils d’aide à la décision pour les autorités du bassin.
  • Résultat 2. Renforcement de l’observatoire scientifique environnemental du Fleuve Sénégal auprès de l’OMVS.
  • Résultat 3. Contribution aux plans de développement stratégique concertés avec les acteurs du bassin (selon le schéma directeur) à l’échelle locale sur les sites pilotes du massif du Fouta-Djalon, du Haut Bassin Malien et du delta du fleuve Sénégal.
  • Résultat 4. Mise en place des dialogues NEXUS et l'identification de projets d’interventions concertées concernant le Nexus Eau-Énergie-Agriculture.

 

Le projet WEFE-Sénégal dispose d’un budget de 6.1 Millions dont 5.6 M financés par la Commission Européenne et 0.5 M par la Coopération italienne. Il est mis en œuvre par le Centre Commun de Recherche de la Commission Européenne et la Coopération Italienne pour une période de quatre ans de 2017 à 2021.

La réunion de lancement s’est tenue du 12-13 décembre 2017 à Dakar (Sénégal) avec les objectifs spécifiques suivants :

 

  1. Présenter les objectifs, les 4 blocks d’activités prévus dans le projet (cadre d’action) ;
  2. Permettre aux participants de partager leur savoir pour identifier les problématiques, les projets déjà en cours, les acteurs clés et les données déjà existantes ;
  3. Discuter et définir les grandes lignes de l’implémentation des activités et d’éventuelles collaborations avec des initiatives pertinentes en cours ou en préparation dans la région.

 

Ainsi avec l’appui de l’OMVS, les ministères de l’eau et de l’énergie ainsi que les institutions techniques et scientifiques des domaines Eau, Agriculture ou Energie des 4 pays ont été identifiés et invités à participer à cette réunion de lancement. De même, des institutions régionales et internationales ont été invitées comme l’IUCN, AGRHYMET, IRD et ou GIZ (ANNEXE I).